Les bois

L'acacia

La symbolique de l’acacia est très proche du symbole solaire et d’immortalité par son bois dur et presque imputrescible et ses fleurs blanches.
Très présent dans la tradition judéo-chrétienne, l’Arche d’alliance était en bois d’acacia recouvert d’or, cet arbre est surtout associé à la légende d’Hiram, le bâtisseur du grand temple de Jérusalem sous le règne du roi Salomon. La légende veut que le grand architecte du Temple, Hiram, ait été assassiné par trois mauvais compagnons qui désiraient connaître les mots et signes secrets des maîtres bâtisseurs. Ceci afin de recevoir la solde correspondant au statut de maître. Hiram refusant de dévoiler les secrets, chacun des trois mauvais compagnons lui donna un coup. Le premier compagnon frappa au cou à l’aide d’une règle (cette blessure symbolise la mort physique). Le deuxième compagnon porta sur le sein gauche du maître un puissant coup d’équerre (c’est la mort sentimentale). Le dernier compagnon asséna un coup de maillet sur le front qui l’acheva, cette troisième mort correspond à la mort intellectuelle.

 Reconnaissant l’inutilité de leur crime, les trois mauvais compagnons l’enterrèrent et un acacia poussa sur sa tombe. Si Hiram est mort à cause de l’Ignorance, de l’Hypocrisie et de l’Envie, l’acacia atteste en revanche de sa renaissance par les qualités opposées : Savoir, Tolérance et Détachement. Les racines de l’arbre sont toxiques car elles contiennent une substance vénéneuse. Leur écorce est émétique et purgative. Les feuilles sont antispasmodiques. Ses fleurs odorantes sont à la source de l’un des miels de printemps les plus réputés le miel d’acacia un miel liquide à la belle couleur d’ambre clair. Les miels moins purs avec mélanges d’autres fleurs ont une couleur plus dorée et des caractéristiques de flaveurs plus intenses et fruitées. Leur acidité est également plus marquée selon leur degré de pureté. En homéopathie, on se sert d’ailleurs du remède Robinia pour lutter contre les remontées acides.

Le cerisier

Le Bois de Cerisier évoque l’élégance.

Le bois de cerisier est un bois très prisé par les ébénistes, son grain est fin.

Son bois est franc mi-dur et son aubier est mince.

Son grain va de droit à ondulé, son prix est élevé.

Son origine vient de l’orient, les romains l’introduire et le diffusèrent dans tout l’empire.

Il descend d’une espèce sauvage appelée le Merisier.

Cet arbre a la particularité d’être très beau lorsqu’il est en fleurs, des allées entières comme au japon créer une ambiance féerique remarquable.

Sa couleur est légèrement rosé ce qui accentue son veinage.

C’est un tés joli bois avec du caractère.

Le buis

Le buis est considéré, depuis l’époque gallo-romaine, comme un symbole d’éternité. Plante toxique, il est pourtant efficace, à très faible dose pour éliminer virus et infections.
Le bois du buis, de couleur jaune citron, est d’une dureté remarquable et d’une grande finesse (densité 0,9 à 1,06). C’est d’ailleurs le plus dense de toutes les espèces ligneuses rustiques et le second de tout le monde végétal sur le plan de la dureté (derrière l’ébène). Son grain est très serré avec des veines parfois droites, plus souvent irrégulières, très apprécié pour la réalisation de petits objets (sa finesse de grain peut être comparée à celle de l’ivoire). Ce bois est très recherché par certains artisans dont les tourneurs, les graveurs, les sculpteurs, etc. On l’utilisait pour les toupies, les flûtes, les manches d’outils, la gravure sur bois, les tablettes recouvertes de cire sur lesquelles on écrivait, et pour confectionner le maillet des loges maçonniques, où il symbolisait la fermeté et la persévérance.
Le buis est un arbuste ornemental à feuilles persistantes, d’une couleur verte foncé luisante, et à odeur amère.
Symbole funéraire, il est associé à la longévité et à l’immortalité, dû à sa couleur qui reste toujours verte.D’autre part, on le regarde comme un symbole de stérilité. Consacré à Aphrodite, à Cybèle, à Hadès, il symbolise en même temps l’amour, la fécondité et la mort, c’est l’image du cycle de la vie.
Cette signification est en lien avec l’usage du buis le jour des Rameaux dans la religion. La procession du dimanche des Rameaux est organisée dans de nombreuses villes. Les branchages utilisés peuvent varier selon les régions : le buis est souvent utilisé en France, il est béni puis accroché dans la maison près d’un crucifix ou planté sur la tombe d’un être aimé. Dans le sud on emploie également le laurier et l’olivier ainsi que le palmier.

LES LEGENDES AUTOUR DU BUIS

Dans le langage des fleurs, le buis est le symbole du stoïcisme. Pour les Gaulois, il représentait l’éternité.
Les anglais appellent le buis  » box  » parce qu’on l’employait pour fabriquer des boîtes destinées à contenir des objets précieux.
Dans les régions septentrionales (au sud c’est l’olivier et les palmes), le buis est la plante dont on fait bénir des pousses une semaine avant Pâques, à l’occasion de la fête des  » Rameaux « . Le buis des Rameaux évoque l’immortalité et la résurrection. Durant la cérémonie, il est de coutume de s’exclamer ‘Hosanna’ (de l’hébreu Hoscha na, sauve-nous), d’où les nom de croix hosannière, croix buissée ou couronne hosannière, donnés aux bouquets des rameaux selon leurs formes.
Les feuilles de buis étaient jadis substituées au houblon dans la fabrication de la bière ou mêlées à celles du Séné. Mais c’était considéré comme un délit, car le buis est toxique. Il contient des alcaloïdes provoquant des vomissements, des nausées, des diarrhées et des tremblements. On l’a d’ailleurs utilisé comme laxatif.
L’Empereur Joseph II d’Allemagne acheta à un charlatan pour 1 900 florins, un remède miracle contre la fièvre, qui était de la teinture alcoolique de buis !
Dans l’Antiquité, le buis était dédié à Hadès, Dieu des enfers et à Cybèle déesse de la Terre, symbole de la fécondité.
En Bretagne, on conserve un rameau de buis toute sa vie dans une armoire et un enfant le dépose sur le cercueil lors de l’enterrement en signe de bénédiction.
Dans le Berry, on accrochait des croix de buis aux portes des maisons et des étables. Dans la plupart des régions, on l’accroche à la tête du lit, comme symbole religieux, mais aussi en guise de porte-bonheur.
Dans le Périgord, un bouquet de buis et de laurier est tenu par les enfants pendant la bénédiction de Pâques. Dans le Midi, il est associé au romarin et à la myrte.
Comme tous les végétaux sacrés, le buis ne doit pas être coupé par un outil en fer, métal impur, mais cassé, pour conserver toutes ses vertus protectrices.
Une légende : quand le Christ mourut sur la croix, les feuilles du buis s’assombrirent et se serrèrent les unes contre les autres. La plante qui se pavanait au sommet du Caucase décida qu’en signe d’angoisse, elle habiterait désormais les collines incultes et pierreuses. Ses branches dans les nécropoles ourleront les allées funéraires et ses rameaux toujours verts évoqueront la triomphale entrée de l’homme Dieu dans les rues ensoleillées de Jérusalem.

Le chêne

Des cultures du monde entier traitent le chêne avec grand respect, en particulier en Europe et en Amérique, où un symbolisme riche lui est associé.
Voici donc le symbolisme du chêne et ce que nous pouvons apprendre de ces géants puissants et majestueux.
Les Celtes et l’esprit guerrier
Les Celtes faisaient partie des peuples tribaux qui habitaient autrefois l’Europe occidentale et septentrionale.
Les Celtes étaient un peuple de guerriers mystiques et leur arbre préféré était le chêne.
Annonce
Pour eux, il symbolisait la force, le leadership et le courage. Mais plus que cela, il représentait la capacité d’agir honorablement, même face au danger.
Les druides et la sagesse de la nature
Les cultures druidiques étaient omniprésentes dans l’Antiquité britannique et du nord de l’Europe, et s’il y a une chose que l’on retrouve chez ces cultures, c’est leur respect pour la sagesse du chêne.
Ce symbolisme était au cœur de leurs rituels druidiques, qui avaient souvent lieu dans des chênaies.
En communiant avec le chêne, les druides espéraient profiter d’une partie de la grande sagesse de l’arbre. De nombreux rituels utilisaient des glands, notamment pour la prophétie.
La méditation sur le symbolisme du chêne
Lorsque nous méditons sur le symbolisme du chêne, nous devons tirer les leçons de ce symbolisme et les appliquer à nos propres vies et à nos propres expériences.
Il nous aide à nous frayer un chemin à travers le brouillard et à nous connecter à l’ordre naturel, nous guidant ainsi pendant notre voyage.
Le symbolisme du chêne serait étroitement lié à l’âge et à la taille que l’espèce peut atteindre.
La contemplation d’un chêne ancien est un spectacle incroyable, un géant naturel de bois qui inspire la force et la puissance.
Mais ce qui est le plus important pour nous, c’est la façon dont se construit cette force. C’est la partie essentielle du symbolisme du chêne que nous pouvons apprendre à appliquer à nos propres vies.
Donc lorsque vous méditez sur le symbolisme du chêne, réfléchissez au temps dont le chêne a besoin pour pousser.
Le chêne grandit très lentement, et en vivant des siècles, il devient un géant capable de résister à tout.
En faisant un effort chaque jour, même si ce n’est qu’un tout petit, tout comme le chêne, nous pouvons créer quelque chose d’incroyable.
Beaucoup de gens ont du mal à se motiver quand ils ont une tâche importante à accomplir. Ne pas en voir le bout peut nous paraître interminable.
Mais en tenant compte de la vie et du symbolisme du chêne, nous pouvons appliquer le même processus à nos tâches et progresser peu à peu et de manière constante vers nos objectifs.

Shopping Cart